Si vous êtes passionné.e.s d’observation de la faune et de la flore, la réserve nationale de faune du lac St-François est une destination très intéressante pour vous. À environ 1 h 30 de Montréal, tout près de la frontière américaine à St-Anicet, cette réserve (fédérale) offre quatre sites différents et une dizaine de kilomètres de randonnée de niveau facile (sans dénivelé)

TARIFICATION – GRATUIT !

Reconnue par l’UNESCO pour la richesse de sa biodiversité (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization), la réserve offre plusieurs activités récréatives et informatives.

Lieu : Réserve national de faune du lac St-François
St-Anicet, Québec, Canada
Niveau de difficulté : Très facile, Facile, Moyen, Difficile, Très difficile, Extrême
Longueur – 4 sentiers (totalisant 10,6 km)

La Digue aux aigrettes (3.7km)
Le trille penché (800m)
Tour et Baie aux Grenouilles (2.4 km)
L’érablière à caryers, Piasetski (3.7km)

Chiens : tolérés en laisse
Description des sentiers ici

Un concours de circonstances a limité mon expérience et je n’ai pas pu profiter pleinement de ce qu’offre la réserve. J’y retournerai éventuellement ! Je vous laisse ici quelques photos de mon court séjour ainsi que quelques liens intéressants au sujet de cette réserve qui m’était totalement inconnue !

Site du gouvernement du Canada
Les amis de la réserve national de faune du Lac St-François
Dépliant de la réserve

La réserve nationale de faune (RNF) du Lac-Saint-François est située en bordure sud du lac Saint-François, un élargissement naturel du fleuve Saint-Laurent, dans le sud-ouest du Québec. Créée en 1978 par Environnement Canada, cette réserve a pour but de préserver un ensemble unique de milieux humides abritant une faune et une flore d’une diversité exceptionnelle. Elle est reconnue comme une zone humide d’importance internationale en vertu de la Convention de Ramsar*

Bonne randonnée 🙂

*La Convention de Ramsar, officiellement Convention relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau, aussi couramment appelée convention sur les zones humides, est un traité international adopté le 2 février 1971 pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides, qui vise à enrayer leur dégradation ou disparition, aujourd’hui et demain, en reconnaissant leurs fonctions écologiques ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative. .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s